« Beautiful Life « , Résolument Nojazz ! 
Avec ce 7 ème opus, Nojazz poursuit l’exploration de l’électro jazz world, véritable marque de fabrique du groupe,  tout en maintenant  son cap soulful.
Leur nouvelle voix hautement funky, apparue dans l’album  « soul stimulation » surfe sur des rythmiques percutantes, parfois même déroutantes, se glisse avec aisance entre les riffs de cuivre toujours si puissants et trouve parfaitement sa place au milieu d’arrangements débridés. Les nojazz déploient ici plus que jamais leurs talents d’écoute et d’improvisation. Ils  aiment surprendre autant qu’ils aiment être surpris !  Chaque nouveau titre est pour eux l’occasion d’une plongée vers l’inconnu initiant sans peine de nouvelles collaborations à travers la planète,  comme ces 2 « feat » avec Raashan Ahmad le rapper du label B sides et la star montante angolaise Toto st ; en associant dans l’écriture Alexandre Hérichon , trompettiste hors pair qui se produit aussi avec leurs complices d’Electro deLuxe ou encore en confiant 4 de leurs titres à Willy Beaman qui a eu carte blanche pour jouer avec les tracks. Le son très abouti et actuel de « Beautiful Life » en est une belle illustration.
Nourris par l’amitié et la maturité, ces équilibristes qui avancent sans bassiste n’hésitent pas à prendre des risques pour offrir à la musique une voie sans retenue ni frontières.
A les voir, on les croirait tout droit arrivés de Chicago. Ils sont les Blues Brothers du jazz Electro. Dès les premières minutes, ils brisent la glace entraînant le public des festival de jazz dans leur musique énergétique et dansante. Il y a dans la musique que proposent ces cinq musiciens des influences diverses de la « Musique noire américaine », soul music, gospel, soul funk, disco funk, jazz funk  – la Motown est passée par là – au rythm and blues et à la Pop Rock  .  Presque vingt après un premier album très instrumental qui avait séduit tant le public des jazz radios que le milieu des DJS, puis des suivants plus ancrés dans le Hip Hop et le rap,  Nojazz enrichit  sa discographie avec un nouvel album qui fait la part belle aux lyrics et à leur nouveau chanteur qui comme un certain Mickael Jackson maîtrise l’art du dance floor. Ça va groover dans les festivals de musique. On espère bientôt un double vinyle et le live ! 
Beautiful Life, un album jazzy, funk et soul qui groove et qu’on espère retrouver sur toutes les radios et webradios,  du bon son élevé en toute liberté à écouter sans modération de la nouvelle révolution électronique.

Groupe soul music

nojazz

Nojazz : patronyme excitant, en forme de slogan un rien provocateur, deux syllabes qui claquent, déjà un nom de code.

Tout a commencé en 2000 par la rencontre de cinq musiciens prêts à tout, fiers de leurs multiples expériences respectives mais décidés à explorer de nouveaux territoires musicaux.

Cinq personnalités fortes, complémentaires, cinq musiciens au joyeux look cyberfunk, tous hantés par la même idée : faire tanguer le public et l’emmener rêver au cœur de la nouvelle révolution électronique.

S’il y a un concept Nojazz, il est très simple : mixer l’esprit de la soul et du jazz des origines (la fête) avec les rythmes hypnotiques des sons actuels. Soul et jungle, trip hop et fanfares, mélodies et samples, funk hard bop à la sauce drum’n’bass, c’est le mariage du swing et de l’électronique.

Les membres du groupe

Crédit photos: Franck FOLLET

ffp1114-mini-682×1024

Philippe Balatier (Balatman), a joué avec Isaac Hayes , Didier Lockwood, Yannick noah…, clavier et magicien des samples, fan de James Brown et de Propellerheads – “des parties de claviers dignes de Joe Zawinul et des accords gouleyants et bulbeux à la Richard Tee (Just the two of us)”

ffp1018-mini-1-682×1024

Pascal Reva (Bilbo), batteur multi-instrumentiste issu de la Pop a joué avec Patricia Kaas , Mano Solo, Calogéro… -“des loops pulsants et provocateurs, au minimalisme piège, des séquences sexys, recherchées et envoûtantes pour l’auditeur, mais d’une complexité sans égale pour ce batteur pertinent.”

ffp1093-mini-682×1024

François Mpondo (Jeffrey)Sa voix en Or l’a mené dans bien des projets (BO Walt Disney, Single Larusso, Cérémonies d’ouverture pour le festival du Film de Vladivostok (Russie) et le Guanajuato (Mexique)… Doté par ailleurs d’une énorme présence scénique, il porte haut les nouveaux titres soul/funky de nojazz.

ffp1033-mini-682×1024

Philippe Sellam (Slam), saxophoniste, a joué avec Gil Evans, John Scofield, Roy Hargrove – “des chorus de saxophone Wayne Shorter teintés de Jan Garbarek jouant à qui « mieux mieux » avec Canonball Aderley devant un grand verre de Wilton Felder (des colos ethniques façon ECM, mais à faire fondre la glace suédoise)”

ffp1192-mini-682×1024

Sylvain Gontard (Iron Sly) trompettiste virtuose, a joué avec , Mélodie Gardot, Nikki Yanofsky, Wynton Marsalis, Lenny Kravitz… “des chorus de trompette avec wah wah et écho sur un mood sensuel façon Tom Browne ou Randy Brecker (Brecker Brothers.)”

Contactez nous

Pour de plus amples informations, n'hésitez pas à nous joindre.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search